Sélectionner une page

En préambule, il me semble nécessaire de préciser dans quel état d’esprit je partage ce texte car depuis la mort de Noé, nous avons fait le choix de demeurer très discrets sur l’aspect juridique de ce que nous traversons. Aujourd’hui, pour la première et très probablement la dernière fois, je ressens le besoin de m’exprimer sur le sujet. Je n’ai pas pour intention de m’étaler. Il me semble par contre nécessaire, comme je le fais sur ce blog depuis sa création, de partager ici, une partie de ma réflexion … 

Quelques temps avant sa mort, Noé a renversé une poignée de riz sur le sol de la cuisine. A presque 6 ans, il n’a pas cherché à accuser le chat ou son frère. Il n’a pas non plus essayé de planquer sa bêtise sous un meuble. Noé est simplement venu me demander de l’aider à sortir l’aspirateur du placard…

En tant que parents, ce que nous avons appris à nos enfants  c’est que personne n’est à l’abri d’une erreur, mais qu’aussi désastreuses qu’en soient les conséquences, ce qui est déterminant lorsque celle-ci produit, c’est la manière dont on se comporte…

Il n’existe aucune issue favorable à un événement qui a provoqué la mort d’un enfant, d’un frère, d’un fils, d’un petit-fils. Peut-être que ce monsieur n’as pas su exprimer ses regrets… Peut-être que nos coeur brisés et nos âmes dévastées n’ont pas su les entendre… Mais pour nous, il restera toujours l’homme qui a demandé à être totalement déresponsabilisé de ce qui a provoqué la mort notre enfant.